Blogretour

Transmission internationale des chocs à travers les marchés de capitaux internes des banques multinationales : le cas de l’Afrique du Sud

nov 30, 2015

Il est clairement établi que les banques globales contribuent à la transmission internationale de chocs via les prêts transfrontaliers. Pourtant, la globalisation bancaire a pris une toute autre forme au cours des dernières décennies avec l'expansion des banques à l'étranger à travers les créations de succursales et filiales. Cette expansion a particulièrement été perceptible dans les économies émergentes et en développement, lors de l'ouverture par ces pays de leur secteur bancaire aux investisseurs étrangers (Claessens et van Horen, 2012).

Les banques multinationales opèrent dans les marchés de capitaux internes à travers lesquels ils répartissent le capital entre leur siège et leurs différentes filiales étrangères dans le but de faire face aux chocs économiques ou financiers réels. Dans les pays en développement où les marchés de capitaux et les marchés interbancaires sont sous-développés, avec une grande partie de la population non- bancarisée, la capacité de recevoir des fonds par le biais des marchés de capitaux internes à faible coût et en grande quantité pourrait présenter un avantage significatif pour les filiales des banques étrangères.

Toutefois, étant donné que la réaffectation de financement interne peut modifier la position de financement de la filiale d'une banque, cela pourrait en retour également conduire à des ajustements des prêts octroyés par les filiales étrangères dans ​​leur marché hôte, créant ainsi un autre canal de transmission internationale de chocs (Cetorelli et Goldberg, 2012).

Impact de la crise financière sur la réaffectation du capital au sein des groupes bancaires

Dans une étude récente, j'ai analysé ce problème en utilisant une base de données originale sur les banques opérant en Afrique du Sud, qui comprend des informations sur les prêts et dépôts internes en provenance et vers le groupe bancaire. En explorant l'impact de la crise en Asie de l'Est de 1997 sur ​​la réaffectation du capital au sein des banques, j'ai constaté que les filiales sud-africaines appartenant à des groupes bancaires avec une forte exposition aux pays Est-asiatiques en crise ( en termes de total des actifs bancaires du groupe dans les pays en crise ) ont connu une baisse significative de leur position de financement interne net durant la crise, comparativement aux filiales sud-africaines de groupes moins exposés.

Les filiales étrangères de banques multinationales en Afrique du Sud, fortement exposées, ont à la fois reçu moins de financement interne de leurs groupes pendant la période de crise est-asiatique qu'avant, et à l'inverse ont accordé plus de prêts à leurs groupes, comparativement aux filiales de groupes moins exposés. Ce résultat suggère que les banques mères des groupes les plus exposés ont réaffecté le capital loin de l'Afrique du Sud pour soutenir leurs filiales en Asie de l'est.

Analyse du lien entre le financement de capital interne et le crédit domestique

Les filiales étrangères qui reçoivent des capitaux internes de leurs groupes élargissent-elles leur crédit bancaire local? En utilisant une technique variable instrumentale, j'ai découvert qu'une augmentation de 10 % dans l'encours de financement interne a entraîné une augmentation de 5,6% du volume des avances hypothécaires. Ainsi, les filiales étrangères n'utilisent pas ce capital supplémentaire uniquement pour acquérir des titres publics ou pour investir à l'étranger, comme il a été rapporté en Afrique où les banques sont souvent en surliquidité, mais prêtent relativement peu à l'échelle nationale (voir Beck, Maimbo, Faye et Triki, 2011) mais elles le " répercutent ​​'' également sur l'économie locale en élargissant leur crédit intérieur.

Implications politiques

Cette étude suggère que les filiales étrangères ont des effets ambigus sur la stabilité financière du pays d'accueil. D'une part, faire partie d'un groupe étranger réduit le risque de faillite des filiales étrangères grâce à la possibilité de recevoir du groupe le capital interne. D'autre part, les marchés de capitaux internes représentent un canal par lequel les crises financières sont transmises d'un pays à l'autre, lorsqu'il y a réaffectations brutales de capitaux au sein du groupe. Toutefois, la force de ce canal dépendra en partie de la structure juridique de la filiale étrangère.

En effet, la structure organisationnelle de la filiale étrangère, qu'elle soit une succursale ou une filiale aura un impact sur la stabilité du secteur bancaire et sur l'offre locale de crédit par la voie du marché du capital interne, étant donné que les succursales sont plus intégrées à leur groupe par ce canal que les filiales. Une possible implication politique de cette recherche pour les régulateurs bancaires pourrait être que favoriser l'organisation des représentations étrangères en tant que filiales plutôt que succursales, au travers de règlementations bancaires spécifiques, pourrait réduire l'éventuelle transmission de crises étrangères par l'intermédiaire des marchés de capitaux internes.

Par ailleurs, il existe une mise en garde suivant laquelle si une crise bancaire se produit dans le pays d'accueil, la société mère est entièrement responsable de toutes les pertes subies dans le cas d'une structure en succursale. Dans une structure en filiale par contre, les obligations d'une société mère sont strictement limitées à la valeur des fonds propres investis, ce qui la rend plus susceptible de s'éloigner des opérations (Cerrutti & al., 2007; Fiechter & al., 2011). Cela dit, si une filiale étrangère a une importance systémique pour la stabilité du groupe bancaire, sa société mère est plus susceptible de la soutenir à travers des transferts de liquidité interne, indépendamment de sa structure organisationnelle. 

Ce blog est basé sur l'étude académique " Les pratiques de marché de capitaux internes des banques multinationales ; le cas de l'Afrique du Sud ".


A propos de l'Auteur de l'étude

Adeline Pelletier est Professeure adjointe de Finances, à l'Instituto de Empresa à Madrid. Cette recherche a été menée au cours de ses études de doctorat à la London School of Economics.

Your comment

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.