Blogretour

Message du Coordinateur de MFW4A

mar 02, 2021
Abdelkader Benbrahim , Partnership Coordinator, Making Finance Work for Africa

Chères lectrices, chers lecteurs,  

Plus d’un an après que l’Afrique ait enregistré son premier cas confirmé de Covid-19 en Égypte, le 14 février 2020, des incertitudes subsistent toujours quant aux manifestations de la pandémie, aux moyens et rythme de la reprise économique et aux changements structurels à long terme induits par la crise. Si la Covid-19 a évolué plus lentement en Afrique que dans d’autres régions du monde, la combinaison des mesures nationales de confinement et des répercussions de la récession mondiale a eu un impact considérable sur l’activité économique du continent.

Les gouvernements africains ont été en première ligne pour répondre à la crise. Nombre d’entre eux ont pris des mesures d’urgence pour apporter un soutien financier immédiat, dans un contexte où leur marge de manœuvre budgétaire demeure limitée. Si ces mesures ont permis d’atténuer l’impact immédiat de la crise et de renforcer l’efficacité des mesures de relance, les autorités doivent dorénavant trouver un équilibre délicat entre la nécessité de soutenir la croissance à court terme et celle de préserver la stabilité macroéconomique. Selon les prévisions, l’activité économique mondiale devrait connaître une reprise en 2021, si la lutte contre la pandémie à l’échelle internationale produit rapidement ses effets.

Au cours de l’année précédente, nous avons pu constater l’importance du secteur financier et l’impact significatif qu’il peut avoir sur les économies africaines, à travers sa capacité à apporter des réponses en temps de crise. C’est fort de ce constat que nous avons organisé notre première Assemblée générale annuelle (AGA) virtuelle en décembre 2020. Cette rencontre de deux jours portant sur le thème du développement du secteur financier en Afrique à l’ère de la COVID-19 a été suivie par plus de 250 participants issus de 50 pays. L’AGA a réuni un panel d’illustres personnalités et d’experts reconnus autour de cinq thématiques en rapport avec la pandémie : l’efficacité des réponses en faveur du secteur financier ; les défis liés à la réglementation et la supervision bancaire ; les obstacles au financement du commerce ; la mobilisation des actifs des investisseurs institutionnels et la promotion d’une reprise économique sensible à la dimension genre.

Nous avons également entamé la révision de notre stratégie triennale. A ce sujet, une réflexion a été engagée non seulement sur le rôle que le secteur financier pourrait jouer pour une reprise économique pendant et après la pandémie de la Covid, mais aussi sur les conditions dans lesquelles l’Afrique peut tirer pleinement parti des changements structurels attendus après la Covid afin de construire une économie plus verte et plus inclusive. Cette réflexion s’est également étendue à nos succès et opportunités passées, et à l’orientation que devrait prendre le Partenariat pour rester pertinent dans un environnement en rapide mutation, tant sur le plan socio-économique, politique que financier. La contribution de la finance pour faire face aux défis pressants de l’Afrique, notamment la pauvreté, l’inégalité entre les sexes, le changement climatique et le chômage est au cœur de nos préoccupations.

Dans cette nouvelle vision du Partenariat, nous continuerons de travailler pour renforcer notre rôle de facilitateur sur le marché et de centre de connaissances. Nos efforts combineront donc une recherche pointue, répondant aux préoccupations des acteurs du secteur, et notre capacité de mobilisation afin d’implémenter les idées formulées. Nous développerons également des activités de haut niveau et des programmes de renforcement de capacités en nous appuyant sur la collaboration avec notre réseau et nos partenaires capables d’influencer les politiques et pratiques. Les thèmes abordés au cours de l’AGA resteront une priorité dans cette nouvelle phase et un intérêt particulier sera accordé aux facteurs et risques associés au progrès. La crise actuelle a accéléré l’usage de nouveaux outils, tels que la digitalisation des services, qui était certes déjà en cours de déploiement avant la crise mais dont l’adoption était lente. Elle a également démontré les risques importants que la fragilité du système financier peut engendrer dans l’économie globale et sur les moyens de subsistance des populations et rappelé que d’autres facteurs tels que le changement climatique peuvent infliger des pertes additionnelles au secteur financier africain et saper le potentiel de croissance économique.

Dans la perspective du lancement de notre nouvelle stratégie, nous souhaiterions pouvoir toujours compter sur votre soutien et collaboration.

Portez-vous bien et à très bientôt.


Abdelkader Benbrahim

Coordinateur du Partenariat « MFW4A »

Your comment

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.