Blogretour

Entre autres questions, les banques sont-elles nécessaires?

avr 03, 2018

Ce blog a été initialement publié sur le site web Medium.

Nul doute que poser cette question suscitera des inquiétudes et beaucoup de consternation, notamment au Nigeria où Alitheia Identity investit dans les services financiers et les technologies financières dites Fintech. Cette question est censée choquer et l’objectif d'une telle démarche est de pousser les banques à agir.

Bill Gates est célèbre pour avoir déclaré dans The Economist que: «les services bancaires sont nécessaires, les banques ne le sont pas»; ce qui correspond à ma vision de la banque de détail dans un «futur» qui semble être déjà arrivé. La banque de détail du futur sera omniprésente, contextuelle, sociale et invisible. Elle fournira des services personnalisés de manière transparente / invisible, de la même manière que Uber reçoit les paiements de ses clients aujourd'hui. Les paiements invisibles deviendront la norme lorsque les clients se rendront dans certains endroits connectés ou pas, ou lorsqu’ ils seront invités à profiter de diverses offres de produits et services, dont les paiements seront automatiquement déduits. Ainsi, les banques de détail seront des institutions qui fourniront des services non bancaires avec des services bancaires intégrés. Et ce à n’importe quel moment et à n’importe quel endroit. L’idée est d’offrir des services de paiement, d'épargne et de crédit adaptés aux besoins, aux désirs, au comportement du client tout en le mettant aux commandes des transactions. A ce propos, Amazon a déjà fait son incursion dans ce «futur» en ouvrant son premier magasin permettant au client un service entièrement autonomisé.

De nos jours, les institutions qui sont à l'avant-garde du développement de ces paiements invisibles ne sont pas des banques traditionnelles. Il s’agit plutôt d’entreprises technologiques comme Amazon et Google. Il est largement reconnu que les banques n'ont pas été promptes à repousser ces technologies, de peur de cannibaliser leurs produits de cartes de crédit et de débit. Bien que cela puisse sembler catastrophique pour les banques traditionnelles, et étant donné que ces technologies transparentes ont été largement adoptées, il est peu probable que des firmes telles que Google et Amazon projettent de prendre totalement le contrôle de l’industrie bancaire, et de facto se soumettre aux exigences de conformité réglementaire du secteur financier. Par contre, elles pourraient souhaiter s'associer et offrir leurs technologies dans un écosystème de services financiers. Un tel écosystème ferait de la banque de détail du futur, une plateforme dans laquelle les banques traditionnelles mettront à disposition leurs infrastructures de base et noueront des partenariats avec les Fintech, leur concurrents technologiques, pour fournir à leurs clients l'expérience personnalisée et contextuelle qu’ils sont en droit d'attendre.

Question: Les banques nigérianes sont-elles prêtes ou se préparent-elles à cette nouvelle réalité – c’est-à-dire à un passage du modèle traditionnel intégré de bout en bout à un modèle modulaire «à la demande» (plug-and-play)?

Il n'est pas surprenant que les changements technologiques soient au cœur de la transformation de la banque de détail au cours des dix prochaines années, comme ce fut le cas lorsque le concept de banque numérique a pris de l'importance durant la dernière décennie. Cependant, à ce jour, l'utilisation des technologies numériques a été principalement axée sur l'automatisation des tâches administratives et la création de nouvelles interfaces flamboyantes destinées à des systèmes bancaires plutôt archaïques. La banque de détail du futur ne se contentera pas de superposer des interfaces numériques à des systèmes existants, elle disposera d'un noyau numérique à partir duquel elle offrira une expérience riche et diversifiée au client. Pour ce faire, les développeurs de logiciels, les analystes de données et les professionnels du design joueront un rôle plus important dans les équipes de gestion et les conseils d'administration des banques du futur. Leurs compétences seront essentielles pour assurer la transition d'une polarisation sur l'automatisation des processus vers des résultats accordant une plus grande attention aux besoins des clients, tels qu’ils sont mis en évidence par l’analyse de leurs données personnelles.

Question: Les banques ont-elles commencé à élargir leurs stratégies en matière d'engagement des employés pour attirer / conserver ces nouvelles compétences?

Les banques qui continuent de se focaliser sur de nouvelles interfaces brillantes et qui ne possèdent pas les compétences requises en matière de design et de données ne sont pas sur la ligne de départ, et encore moins dans la course à la croissance du nombre et de la capacité d’adhésion des clients.

Les principales technologies qui joueront un rôle clé dans le développement de la banque de détail du futur sont l'apprentissage profond (Deep Learning) et l'intelligence artificielle, qui permettront d’analyser les données des clients, provenant d’institutions financières et non financières, afin d’établir des règles basées sur les préférences et les comportements des clients. Celles-ci permettront aux firmes de faire des recommandations éclairées sur les produits et services adaptés aux clients et d’entreprendre des actions prédéterminées requérant leurs autorisations. Les «banques» à la pointe de la technologie dans ce nouveau monde utiliseront intelligemment toutes les informations dont elles disposent sur les clients pour «rendre leur vie possible et plus facile» ... « Possible », en ce sens que ces banques permettront à leurs clients d’utiliser des services financiers leur permettant de profiter pleinement de leur vie, peu importe la manière dont ils atteignent cette plénitude. Les banques intelligentes tireront profit des données personnelles et du capital social d’un client pour déterminer leur propension au risque vis-à-vis de ce dernier, et la meilleure façon d'utiliser son réseau social pour commercialiser leurs services. En d'autres termes, la demande et l'offre de services financiers émaneront de la relation d'un client avec une entité non financière, et aussi de ses interactions sociales.

Du côté des clients, l'utilisation généralisée des «technologies portables» et de l '«Internet des objets» transformera littéralement le client et son environnement bancaire en vue d’un service personnalisé et contextuel. Cette mutation poussera à repenser les agences bancaires et leur fonction. Cette situation se produit déjà, eu égard à la réduction du nombre d’agences bancaires à l’échelle mondiale. Cela dit, les agences bancaires ne disparaitront pas complètement mais elles seront restructurées comme des espaces incitant les clients à vivre une expérience bancaire innovante et moderne.

Question: Les banques Fintech sont-elles prêtes? Sommes-nous tous prêts pour cette nouvelle réalité?

Le changement est inévitable, et le fait de rester dans l’inertie est en réalité une marche à reculons que personne ne peut se permettre.


A propos de l’auteur

Tokunboh Ishmael est une actrice accomplie et expérimentée dans le domaine du capital-investissement. Elle est directrice générale et co-fondatrice d'Alitheia Capital (www.thealitheia.com). En 2015, elle a co-fondé Alitheia Identity (www.alitheiaidentity.com), un gestionnaire de fonds qui investit dans des petites et moyennes entreprises (PME) à forte croissance et dont les rendements sont supérieurs à ceux du marché. Son entreprise adopte une approche proactive pour financer les entreprises dirigées et (co-)fondées par des femmes afin d'assurer une plus grande participation des femmes à tous les niveaux du fonctionnement de leurs entreprises, que ce soit de la salle de réunion à l'atelier de production. Tokunboh est analyste CFA et possède également une solide expérience en finance d’entreprise et en fusion-acquisition, après avoir travaillé sur plus de 5,6 milliards de dollars de transactions à travers les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Afrique.

Your comment

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.