Aperçu du secteur financier

Paysage économique

La Guinée équatoriale (GE) est l’un des plus petits pays du continent africain. Après la découverte d'importantes réserves de pétrole dans les années 90, la Guinée Équatoriale est devenue le troisième plus gros producteur de pétrole en Afrique subsaharienne, précédée par le Nigeria et l'Angola. Le pays se présente comme l'une des économies africaines ayant enregistré la croissance la plus rapide au cours de la dernière décennie. Toutefois, la situation macroéconomique et budgétaire du pays s’est dégradée à la suite de la baisse du prix du pétrole en 2014. La GE qui est largement tributaire des exportations de pétrole contribuant en 2017 à 56% du PIB, 95% des exportations et 80 % des recettes fiscales, est devenue membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) en mai 2017. Le PIB nominal a diminué de plus de 46,5 % entre 2014 et 2018, passant de 21,5 milliards USD à 11,5 milliards USD. La composition du PIB en 2018 se présente comme suit: 2,5% du secteur agricole, 56,5% du secteur de l’industrie et 41% du secteur des services, et les principales composantes du secteur de l’industrie sont le pétrole, le gaz naturel et les scieries. L’activité économique non pétrolière est soutenue par des investissements publics substantiels dans de nouveaux projets d’infrastructures tels que des routes et d’importants aménagements urbains. Par ailleurs, les pouvoirs publics appliquent une politique de construction de logements neufs et améliorent l’accès aux infrastructures. Le programme de développement du Gouvernement est défini dans un document de stratégie à moyen terme, le Plan national de développement économique et social : Horizon 2020, qui vise la diversification économique et la réduction de la pauvreté. La phase actuelle de ce plan est axée sur la diversification économique, et cible de nouveaux secteurs stratégiques tels que la pêche, l’agriculture, le tourisme et la finance. En 2017, la Guinée équatoriale s’est positionnée au 177e (sur 190 pays) selon le classement Doing Business. En 2018, le pays se classait au 15e rang africain et au 141e rang mondial selon l’indice de développement humain.

Vue d’ensemble du secteur financier

La Guinée équatoriale fait partie d’une union monétaire : la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) ; partageant ainsi une monnaie commune avec les autres États-membres. La stabilité du secteur financier est largement déterminée par le secteur bancaire. Caractérisé par une forte concentration, le secteur est constitué de 5 banques dont 3 détiennent 84% du total des actifs. Le reste du secteur financier est composé de 3 établissements de microfinance et 3 compagnies d’assurance. Les établissements bancaires et de microfinance sont placés sous la supervision de la commission bancaire de la CEMAC, la COBAC, tandis que le secteur des assurances est supervisé par le ministère des Finances et la commission régionale des assurances des pays membres de la CIMA. Bien que le traité de la CIMA (Conférence interafricaine des marchés d’assurance) soit entré en vigueur en 1995, la Guinée équatoriale y a adhéré en 2002 en tant que 14e pays membre. Par ailleurs, très peu de progrès ont été accomplis ces dernières années dans la mise en œuvre du programme très attendu de réformes du secteur financier qui comprend la création de bureaux de crédit, la mise à niveau des registres de garanties, le renforcement du respect des contrats et des droits des créanciers, ainsi que l’amélioration de l’accès des PME aux services financiers.

Le financement à long terme est faible en Guinée équatoriale : moins de 3% en 2017. Toutefois, les crédits à court terme ont considérablement augmenté depuis 2014, en particulier dans le secteur de la construction; reflétant ainsi l’accroissement de la dette à court terme des sous-traitants gouvernementaux. Il n’y a pas de bourse des valeurs, mais le pays dispose d’un accès à la bourse des valeurs mobilières de l’Afrique Centrale : la BVMAC, et à la Bourse de Douala (DSX). Cependant, depuis juillet 2019, les 2 bourses ont fusionné : l’infrastructure du marché boursier a été domiciliée à Douala, au Cameroun, alors que le régulateur unique a été installé à Libreville, au Gabon.  Le marché régional des obligations est largement sous-développé, avec un faible montant d’obligations d’État en circulation. Le secteur financier dans son ensemble est peu profond en raison du manque d’informations sur les antécédents de crédit des emprunteurs potentiels et des exigences élevées en matière de garantie. L’inclusion financière est également entravée par le faible volume des activités de microfinance et par le retard du lancement des services bancaires mobiles dans le pays. Au 31 décembre 2017, la GE était le seul pays de la CEMAC à ne pas avoir d’activités bancaires mobiles. La banque BGFI, filiale d’une banque sous-régionale, n’a démarré ses activités de mobile money qu’en 2018.

La forte dépendance de l’économie domestique au pétrole a un impact négatif sur la rentabilité et la stabilité des banques, en particulier lorsque les prix du pétrole baissent, comme ce fut le cas avec la chute des prix en 2014. En résumé, la richesse pétrolière de la GE, dans un environnement conjoncturel peu favorable aux affaires, a probablement retardé le développement financier du pays.

Tableau 1 : Chiffres-clés du secteur financier en Guinée équatoriale

 

2014

2015

2016

2017

Crédit intérieur au secteur privé (milliards USD)

1,93

1,71

1,76

ND

Crédit intérieur au secteur privé (% du PIB)

9,01

14,1

17,25

ND

Encours de dépôts auprès de banques commerciales (milliards USD)

2,57

1,96

1,65

ND

Comptes de prêt en banque commerciale pour 1 000 adultes

13

20,5

24,7

ND

Distributeurs automatiques de billets pour 100 000 adultes

5,4

7,3

9,1

ND

Prime d’assurance non-vie (millions USD)

38,6

ND

ND

ND

Prêts non productifs par rapport au montant total brut des prêts (%)

ND

16,8

24,6

27,2

Provisions bancaires pour prêts non productifs (%)

47,85

54,14

39,63

ND

Prêts immobiliers par rapport au montant total des prêts (%)

ND

ND

ND

1,4

Sources: Base de données mondiale sur le développement financier 2018 - Enquête 2018 du FMI sur l’accès aux services financiers - Indicateurs FMI de solidité financière 2018

Le secteur bancaire

Avec une population estimée à 1 million d’habitants, le marché bancaire intérieur de la GE est principalement constitué de grandes entreprises (représentant 60 % des dépôts bancaires) et d’institutions internationales. Au 31 décembre 2017, le secteur bancaire de la Guinée équatoriale comptait 5 banques commerciales dont l’encours des prêts s’élevait à plus de 1 166,4 milliards de FCFA (2,13 milliards USD), soit 19,9% du PIB. En 2010, ce ratio équivalait à 5 % du PIB. Les crédits bancaires au secteur privé représentaient 71 % du total des volumes en 2017, tandis que les créances nettes sur le gouvernement avaient augmenté en moyenne de 53,5% entre 2015 et 2017 : de -176 milliards de francs CFA (-291,4 millions USD) à 338,4 milliards de FCFA (619,8 millions USD). Les prêts à court terme continuent de dominer les portefeuilles de crédit des banques, représentant 84,3% du total des crédits en 2017. Malgré le volume élevé de liquidité dans les banques, les banques commerciales semblent incapables de transformer efficacement leurs dépôts en prêts. Le ratio crédit/dépôts privés est en moyenne plus faible en Guinée équatoriale que dans les autres pays de la CEMAC, ce qui signifie que les banques perçoivent un risque élevé lié à l’exposition au crédit et qu’elles estiment que les projets proposés ne sont pas rentables.

Le système bancaire en GE se caractérise également par des frais généraux élevés et des écarts de taux d’intérêt importants, en raison du risque de crédit élevé et d’une concurrence réduite à cause du nombre limité de banques commerciales. Le crédit bancaire au secteur privé était de 16% en 2017, contre 17,2% en 2016 et 5% du PIB en 2010; mais il reste fortement concentré sur les grandes entreprises, notamment celles du secteur de la construction. Le ratio prêts improductifs/encours brut des prêts a fortement augmenté avec le contexte macroéconomique défavorable, passant de 16,8 % en 2015 à 27,2% en 2017. La répartition sectorielle des prêts improductifs donne à penser que la détérioration de la qualité des actifs est largement liée au secteur de la construction dont la part dans le montant total des crédits est passée de 30% en 2014 à 58% en janvier 2016. En effet, comme susmentionné, le secteur de la construction est soumis à de fortes pressions économiques. Les indicateurs Doing Business de la Banque mondiale pour 2018 ont classé la GE au 122e rang sur 190 pays concernant la facilité d’obtention de crédit.

Il est prévu également de développer des réseaux de guichets automatiques bancaires et de cartes de crédit à l’échelle nationale. Les autorités étudient en parallèle des propositions relatives au développement du marché de la dette publique et à la création d’un fonds de crédit. Ces efforts permettront de renforcer le secteur financier en GE.

L’inclusion financière

L’inclusion financière dans le pays est principalement limitée aux activités des établissements de microfinance, et aux services de mobile money qui n’ont été lancés qu’en 2018. En 2016, la GE comptait 9 guichets automatiques et 5 succursales de banques commerciales pour 100 000 adultes. Quant au taux d’utilisation des services de dépôts et de crédits bancaires, on note les statistiques suivantes: 22 emprunteurs, 200 déposants et 205 comptes de dépôt pour 1 000 adultes en 2016.

Au 31 décembre 2017, sur un total de 857 établissements de microfinance au sein de la CEMAC, seuls 4 opéraient en GE et restaient limités dans leurs activités de prêt.

Le secteur des assurances

Le secteur des assurances de la GE est réglementé par la Commission régionale de contrôle des assurances (CRCA) au niveau régional, et par le ministère des Finances au niveau national. Les Investissements directs étrangers dans le secteur sont autorisés à 100% en termes de structure actionnariale, tandis que les compagnies d’assurance des États membres de la CIMA sont autorisées à exercer leurs activités sans licence. Les principales catégories d’assurance obligatoire comprennent l’assurance responsabilité civile automobile et l’assurance responsabilité professionnelle pour les intermédiaires d’assurance. Malgré l’obligation de s’assurer, l’absence de culture de l’assurance nuit au développement du marché. 3 compagnies d’assurance et un réassureur animent le secteur, mais de nombreuses entreprises locales rechignent à s’assurer, entrainant ainsi un déficit important d’activités et d’opportunités pour les assureurs locaux. Le cumul des primes brutes dans le secteur a considérablement augmenté, passant de 3 milliards de francs CFA (5,5 millions USD) en 2014 à 10,8 milliards de francs CFA (19,8 millions USD) en 2017. Toutefois, le taux de pénétration de l’assurance reste très faible : à 0,5 % du PIB.

Le système de pension

La Guinée équatoriale est membre de la CIPRES (Conférence interafricaine de prévoyance sociale), une organisation régionale regroupant 16 pays. Le système de retraite national est géré par l’Instituto de Seguridad Social (INSESO) de Guinée équatoriale. L’âge de la retraite est fixé à 60 ans et le droit à l’indemnité de retraite est conditionné à au moins 120 mois de cotisations, dont au moins 60 mois au cours des 10 années précédant le départ à la retraite. La pension minimale versée au retraité est de 40 % du salaire mensuel de référence, tandis que la pension maximale est de 80 %, avec un ajustement des prestations tous les 5 ans.


Liste des banques commerciales de Guinée Equatoriale

BANQUES

ADRESSE

TELEPHONE

EMAIL

SITE WEB

AFRILAND FIRST BANK

 Calle presidente Nasser
Malabo

 (+240) 333 07 32 92

 firstbank@afrilandfirstbank.com 

 https://www.afrilandfirstbankcd.com/index.php/fr/...a.../174-guinee-equatoriale
 

BANCO DE CREDITO Y DESARROLLO

 1 Avenida de la Libertad
Malabo

 (+240) 333 092146

 

 

BANCO EXTERIOR DE GUINEA ECUATORIAL

 Carretera de Aeropuerto
Malabo

 (+240) 333 092001

 

 

BANCO NACIONAL DE GUINEA ECUATORIAL

 Avda. Naciones Unidas, 28 Malabo

 (+240) 333 099 571 

atencionalcliente@bannge.com    

 www.bannge.com/fr/

BANQUE INTERNATIONALE POUR L'AFRIQUE OCCIDENTALE

 Calle de Argelia
Malabo

 (+240) 333 09 23 67

 

 

BGFIBANK

 BP 749 Ctra de Luba Malabo 

 (+240) 333 09 63 52

 agence_malabo@bgfi.com

 

CCEIBANK

 APDO 428 Malabo

 (+240) 333 09 29 10

 cceibankge@cceibankge.com

 

SOCIETE GENERALE DE BANQUES EN GUINEE

 AVENIDA DE LA INDEPENDENCIA A PART ADO DE CORRE

 (+240) 333 09 33 37

 bruno.a.massez@socgen.com

 

ECOBANK

 Avenida de la Independencia BP 268 Malabo

 (+240) 555300235

 ecobank@ecobank.com

 

TOTAL

9

     
Read More
Source

En bref

En bref Source
Population (2019): 1 355 986
PIB par habitant (USD courant) - 2019 - (Moyenne mondiale:10 721,61): 8 131,92
Population détenant un compte dans une institution financière (%) (age: 15+) - (2014 vs 2017): n/a
Crédit dédié à l'agriculture (Agriculture, foresterie et pêche) / Part de l'agriculture dans le PIB (2015): n/a
Stratégies d'inclusion financière: n/a
Crédit domestique fourni par le secteur financier (% du PIB) - 2017: 21,45
Paiements numériques effectués ou reçus au cours de l'année précédente (% age 15+) (2014 vs 2017): n/a
Transferts d'argent reçus en % du PIB - 2017: n/a
Taux d'intérêt hypothécaire / Durée du prêt hypothécaire (années): 15% | 20 ans

Base de données de projets des bailleurs

Projects

Latest News & Events

nov 27, 2019 | Agence Ecofin
La bourse unifiée de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (CEMAC) doit désormais affronter le défi de son positionnement face à

Dernières publications

29 oct 2019 | BIKAI J. Landry; MBOHOU MAMA Moustapha | BEAC
03 sep 2019 | Babacar Sène, Ibrahima Thiam | HEC
12 mar 2019 | T. Mvondo | Revue Interventions économiques