Blogback

Is the current fuss about SME finance justified?

Oct 15, 2010
L'agitation actuelle autour du financement des PME est-elle justifiée ?
La proposition selon laquelle un développement dynamique du secteur privé est essentiel pour réduire la pauvreté reste vraie, en particulier pour les pays les moins développés en Afrique. Il est admis que les petites et moyennes entreprises (PME) sont des pépinières d'innovation et constituent la colonne vertébrale de l'économie, offrant ainsi la possibilité de relever la productivité nationale et de créer des emplois. Le manque relatif de PME compétitives dans plusieurs pays africains, un phénomène désigné sous le nom de "milieu manquant" constitue donc un obstacle au développement économique.

Les obstacles au développement des PME en Afrique sont multiples. Toutefois, l'on constate que depuis quelque temps l'accent est davantage mis sur la faiblesse des systèmes financiers et l'inefficacité de l'intermédiation financière qui en résulte dans plusieurs pays africains. La recherche empirique et les enquêtes auprès des PME confirment que le manque d'accès aux financements est clairement le facteur qui empêche le développement des PME en Afrique. Cet accès limité aux financements est souvent désigné sous le nom de "écart de méso finance", c'est-à-dire l'absence d'offre de financement entre la microfinance et les financements accessibles aux grandes entreprises.

On ne peut que se réjouir de voir les multiples efforts déployés par les gouvernements, les donateurs et les acteurs du secteur privé pour combler ce "trou de financement" en Afrique, qu'il s'agisse de l'utilisation par les gouvernements de plans de garantie partielle de crédit ou de fonds pour les PME gérés par les donateurs. Ces efforts ont été encouragés par l'importance qu'accordent les fondations privées au financement des PMI. Ils sont également soutenus au niveau mondial et notamment par le G-20 qui s'est engagé à accroître leur soutien à un renforcement de l'accès des PME aux financements dans les pays en développement.

Comme nous l'avons mentionné plus haut, d'une manière générale ces activités sont accueillies favorablement. Cependant une critique essentielle demeure: malgré des discussions nombreuses et approfondies sur le financement des PME, le débat sur une définition commune du terme "PME" reste toujours inexistant, et le rôle du secteur dans le développement économique est souvent mal compris. Pour justifier leurs politiques en faveurs des PME, les décideurs politiques citent les hypothèses présentées plus haut ; pourtant, lorsque l'on tente de définir le groupe cible, des critères quantitatifs différents (allant du nombre d'employés au chiffre d'affaires) sont utilisés pour définir ce qu'est une PME. Ces définitions quantitatives ne nous apprennent cependant pas grand chose sur la compétitivité ou le potentiel de croissance d'entreprises spécifiques dans ce segment. Résoudre le problème du "milieu manquant" en Afrique ne signifie pas qu'il faille des politiques visant à promouvoir des entreprises ayant un nombre d'employés spécifiques ou un chiffre d'affaires spécifique. Il s'agit plutôt de promouvoir et de mettre à disposition de ces entreprises des formules de financement innovantes, dynamiques et compétitives. C'est ce type d'entreprises qui rencontrent actuellement des problèmes d'accès aux financements à cause de l’échec du marché, mais peut se révéler créateur d’emplois et aider à réduire l’écart de productivité par rapport à la moyenne mondiale.

Ainsi, les récents efforts seraient-ils simplement beaucoup de bruit pour rien ? Clairement non. Ils sont basés sur le constat essentiel que "le milieu manquant" et « l’écart de méso finance » sont des problèmes sérieux pour le développement socio-économique de nombreux pays africains. Les échecs du marché mènent à l'incapacité des entreprises dignes de recevoir des crédits d'avoir accès à la finance dont ils auraient besoin pour pouvoir se développer. Dénoncer ces manquements est un défi clé pour les gouvernements, les bailleurs de fonds et les acteurs privé. C'est, cependant, un défi majeur et le risque reste que de nombreux projets de financement de PME seront au moins en partie inefficaces si on ne parvient pas à harmoniser le groupe hétérogène des PME. Christian von Drachenfels est Chargé de recherche, Institut allemand de développement / Deutsches Institut für Entwicklungspolitik (DIE), Dépt. V: "L'économie mondiale et le financement du développement".

Your comment

This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.