Une reprise des emprunts obligataires africains prévue pour le deuxième semestre 2016

06 juin 2016

Selon l’agence Bloomberg, le Nigéria, le Ghana et le Sénégal préparent une émission d’obligations.

Une reprise des activités dans le domaine des obligations souveraines africaines est prévue pour la seconde moitié de 2016, selon l’agence Bloomberg.

Les autorités nigérianes prépareraient une rencontre avec des investisseurs à Londres la semaine prochaine pour envisager le lancement d’un emprunt obligataire compris entre 500 millions et un milliard de dollars (448 et 896 millions d’euros).

Le Ghana envisagerait également d’émettre un nouvel eurobond d’ici la fin de l’année afin de refinancer un précédent emprunt souverain et le Sénégal devrait également mobiliser des ressources sur les marchés pour financer ses projets d’infrastructures.

Entre le 1er janvier et le 31 mai 2016, seuls trois pays africains ont été actifs sur le marché international de la dette : l’Afrique du Sud, le Mozambique et le Ghana.

Plusieurs facteurs ont réduit l’appétit les investisseurs, dont la hausse attendue des taux d’intérêts américains, le recul des devises, la chute des cours du pétrole et le ralentissement de l’économie chinoise qui a freiné la croissance des pays africains.

Les émissions de dette en Afrique subsaharienne ont ainsi atteint leur plus bas niveau depuis trois ans l’an dernier, selon des chiffres de Thomson Reuters.

Les gouvernements de la région ont émis 15,5 milliards de dollars de dette sur les marchés nationaux, régionaux et internationaux en 2015, soit une baisse de 22 pour cent par rapport à 2014 et le plus faible niveau enregistré depuis 2012.

Pourtant, en 2014, les émissions obligataires avaient atteint des niveaux records, portées par des taux d’intérêt historiquement bas et une politique très accommodante de la Réserve fédérale américaine, notamment pour lancer des projets d’infrastructure.