Une nouvelle taxe pourrait entraver la pénétration de l'assurance en Ouganda, selon les assureurs

01 juil 2014

Les acteurs de l'assurance en Ouganda ont exprimé leurs inquiétudes sur les récentes propositions fiscales du gouvernement pour l'exercice 2014/2015.

Les acteurs de l'assurance en Ouganda ont exprimé leurs inquiétudes sur les récentes propositions fiscales du gouvernement pour l'exercice 2014-2015.
Dans un communiqué publié la semaine dernière, l'Association des assureurs ougandais (UIA) a déclaré que la mise en place de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les primes augmenterait non seulement le coût global de l'assurance, mais nuirait aussi à la croissance de l'industrie.
«
A 0,65 pourcent, le taux de pénétration de l'assurance de l'Ouganda est l'un des plus bas au monde. L'introduction d'une TVA à 18 pourcent va faire baisser davantage ce taux déjà bas et qui a stagné au cours des cinq dernières années
», a déclaré Deepak Pandey, le président de l'UIA, cité par l'Observateur.
L'UIA a ajouté que les impôts auraient un impact particulier sur les secteurs comme l'assurance agricole et l'assurance de protection de crédit.
Cela pourrait avoir une incidence sur l'accès au financement dans le pays, étant donné que les couvertures d'assurance sont souvent utilisées comme garanties pour obtenir un prêt.
L'an dernier, le secteur des assurances a connu une croissance de 30 pourcent, avec les primes d'assurance brutes atteignant 456,86 milliards de shillings (128,7 millions €), selon des chiffres de l'Autorité de Régulation des Assurances.