Une nouvelle étude plaide pour un renforcement de la bancarisation

17 avr 2013

Une nouvelle étude met en lumière la nécessite de renforcer la présence du secteur financier en Afrique, où moins d'un quart de la population adulte détient un compte auprès d'une institution financière formelle.

Une nouvelle étude met en lumière la nécessité de renforcer la présence du secteur financier en Afrique où moins d'un quart de la population adulte détient un compte auprès d'une institution financière formelle.

Initiée par le Secrétariat de la Finance au service de l'Afrique, l'étude "La Finance en Afrique : au-delà de la crise" a été réalisée en collaboration avec la Banque africaine de développement, la Banque mondiale et le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement.

"Il y a encore beaucoup à faire pour pousser les limites et contraintes en vue d'augmenter le nombre de personnes bancarisées en Afrique (...) Ce qui constitue un frein pour la capacité du continent à croitre et à sortir de la pauvreté", a déclaré le directeur du département de la gouvernance et des réformes économiques et financières à la Banque africaine de développement, Isaac Lobé Ndoumbé, cite par l'agence de presse APS.

Le rapport insiste notamment sur l'importance d'améliorer l'accès au crédit des Petites et moyennes entreprises (PME), qui constituent le moteur principal des économies africaines.

"Sans un accès adéquat au crédit, les PME africaines ne pourront pas investir et se développer et le manque de stratégie d'inclusion financière capable d'améliorer de manière efficace l'accès au financement n'arrange guère la situation", a ajouté Isaac Lobé Ndoumbé.