Une crise de la dette en Afrique n'est pas imminente, selon un représentant de la BAD

22 aoû 2016

Les pays du continent sont encore à des niveaux d'endettement viables par rapport à leur PIB.

Une crise de la dette n'est pas imminente en Afrique, du moins sur le court terme, a déclaré un représentant de la Banque africaine de développement (BAD).

« Nous ne devrions pas penser qu'une crise de la dette se profile en Afrique. Les pays sont encore à des niveaux d'endettement viables par rapport au PIB, mais cela ne signifie pas qu'ils devraient continuer à emprunter autant sans contrôle », a déclaré à The Monitor Alex Rwabizambuga, l'économiste en chef de la BAD en Ouganda,.

Prenant la parole lors de l'atelier Collaborative Africa Budget Reform Initiative (CABRI) sur le renforcement des capacités de gestion de la dette publique, il a expliqué que dans l'exercice 2016/17, le ratio de la dette publique par rapport au PIB devrait atteindre 37 pourcent en Ouganda, 52 pourcent au Kenya, 37 pourcent en Tanzanie et 34,9 pourcent au Rwanda.

L’augmentation des dettes publiques s’est accélérée de manière significative au cours des dernières années dans la plupart des pays africains, notamment en raison de recours aux émissions d'obligations sur les marchés régionaux et internationaux pour financer les infrastructures et équilibrer les budgets.

L'atelier CABRI accueille des représentants du gouvernement du Kenya, du Malawi, du Rwanda et de l'Afrique du Sud, ainsi que de la Capital Markets Authority, en plus d'acteurs du secteur privé.

Le directeur général de Stanbic Bank, Patrick Mweheire, a déclaré qu’il y avait actuellement beaucoup d'emphase sur la dette, mais peu d'attention sur l'épargne : « Le niveau de l'épargne dans ces pays est encore très faible, et je crois que l'on devrait mettre l'accent sur l'épargne domestique » a-t-il estimé.