Tanzanie : faible demande pour les obligations à long terme

15 juin 2015

Un manque de liquidité expliquerait le faible intérêt actuel pour les obligations à long terme tanzaniennes.

La Banque de Tanzanie a expliqué que peu d'offres ont été enregistrées lors des enchères de la semaine dernière en partie parce que les banques commerciales et les entreprises doivent bientôt remplir leurs obligations fiscales annuelles. Les principaux participants ont été des fonds de pension, des compagnies d'assurance et quelques institutions de microfinance. Contrairement aux deux précédentes adjudications d'obligations du Trésor à sept ans, celle-ci n'a pas reçu un nombre suffisant d'offres : des 33.68 milliards offerts, seuls 5 milliards ont été acceptés (environ 2,3 millions de dollars US), résultant en un rendement moyen pondéré à l'échéance de 16,64 pour cent. Ce taux d'intérêt est significativement supérieur au taux de 15,6 pour cent enregistré lors de l'émission d'avril dernier. Les produits de cette émission seront utilisés pour financer des projets d'infrastructure et pour régler des dettes arrivant à échéance. Cette faible performance intervient peu de temps après la sous souscription enregistrée lors de l'émission de bons du Trésor à deux ans en début du mois, dont le rendement moyen pondéré à l'échéance a atteint 14,01 pour cent, comparé à 12,29 pour cent lors de l'émission de mars. Le shilling tanzanien a perdu environ 22 pour cent de sa valeur par rapport au dollar américain en un an. Les titres de créance sont donc maintenant relativement bon marché pour les investisseurs étrangers. Il se peut cependant que la crainte de futures dépréciations de la monnaie locale les empêche de saisir cette occasion.