Rwanda : l'inclusion financière freinée par le manque d'éducation, selon les experts

19 jan 2016

Le pays veut atteindre un taux d'inclusion financière de 80 pour cent d'ici 2017.

Le manque d'éducation financière pourrait empêcher le Rwanda d'atteindre son objectif d'un taux d'inclusion financière de 80 pour cent d'ici 2017, selon les experts.

« Nous avons pour objectif, d'ici 2017, d'atteindre un taux de 80 pour cent d'inclusion financière. En 2012 nous avions eu 72 pour cent, et cette année, nous devrions savoir en avril à quel niveau nous en sommes, » a déclaré Jean Bosco Iyacu, directeur technique de l'accès au financement Rwanda (AFR), à CNBC.

« L'année dernière, il a été constaté que trop peu de gens comprennent ce qu'est un budget. Si le Rwanda ne dispose pas d'une éducation financière, les chances de développer l'inclusion financière sont minces. L'éducation est clé et c'est ce sur quoi nous essayons de travailler avec le gouvernement du Rwanda », a-t-il ajouté.

Le gouvernement du Rwanda a lancé une vaste campagne pour améliorer l'éducation financière et va mettre en œuvre sa stratégie d’e-paiement nationale pour stimuler les transactions électroniques.

Le pays est également l'un des membres de l'alliance « Better Than Cash » du Fonds d'équipement des Nations Unies (FENU). Ce programme international encourage l'adoption de moyens de paiement électroniques.

Inspiré par la recommandation de la Banque mondiale (elle estime que les paiements électroniques sont la clé d'un meilleur accès au financement), l'État verse les salaires par voie électronique depuis 2014.

« Nous avons mis en place des politiques qui encouragent le paiement électronique et continuons à soutenir le secteur privé, en particulier les institutions financières, afin qu'elles embrassent l'utilisation des TIC pour l'inclusion financière », a déclaré Claver Gatete,
le ministre des finances et de la planification économique.