Marché obligataire du Zimbabwe : Plus de restrictions sur les investissements étrangers

28 oct 2014

La Banque centrale du Zimbabwe a supprimé ses restrictions sur la participation des investisseurs étrangers au marché obligataire primaire et secondaire.

La Banque centrale du
Zimbabwe
a supprimé ses restrictions sur la participation des investisseurs étrangers au
marché obligataire
primaire et secondaire.

Jusqu'ici, ceux-ci n'étaient autorisés à souscrire aux émissions primaires d'obligations qu'à hauteur de 35 pour cent et avaient l'interdiction d'acheter sur le marché secondaire.

Le gouverneur de la banque centrale, John Mangudya, a déclaré jeudi dernier à l'agence Xinhua que la suppression de ces restrictions était destinée à encourager les flux d'investissement directs vers le Zimbabwe afin de dynamiser le marché financier.

Les investissements directs étrangers se sont en effet limités à 400 millions de dollars (314,7 millions d’euros) l'an dernier, soit le total le plus bas de tous les pays d'Afrique australe, précise Xinhua.

L’économie du Zimbabwe demeure fragile, avec une dette extérieure trop élevée ainsi qu’une désindustrialisation et une informalisation massives, selon la Banque Africaine de Développement (BAD).

Les technologies sont obsolètes et le pays est touché par la corruption ainsi que des blocages structurels comme les pénuries d’énergie et les déficits d’infrastructure.

Le système financier connait également des problèmes de liquidité, dont le manque de capital, son prix élevé ainsi que la mauvaise performance des recettes.
ADNFCR-2976-ID-801756755-ADNFCR