L'UE rejette la création d'un organisme fiscal international sous l'égide de l'ONU

22 avr 2015

Elle estime que l'OCDE est mieux adaptée pour stopper les flux financiers illicites

Les pays en voie de développement ont appelé à la création d'un organisme intergouvernemental sous l'égide de l'Organisation des Nations Unies (ONU) visant à améliorer le système financier mondial et à stopper les flux financiers illicites. Mais selon le quotidien The Guardian, l'Union européenne a rejeté cette proposition la semaine dernière lors des négociations à l'ONU sur le processus de financement du développement (FdD). Elle estime qu'un tel organisme serait inutile et constituerait une «
prolifération institutionnelle
». Les pays développés ont déclaré que l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est mieux placée pour gérer les négociations fiscales globales. Toutefois, des experts du Réseau européen sur la dette et le développement (Eurodad) cités par le Guardian estiment que cela «
exclurait plus de 100 pays en développement des négociations, tandis que les pays tels que le Luxembourg et la Suisse - éléments clés du problème - seraient à la table
». Le processus de financement du développement (FdD) de l'ONU met l'accent sur les problèmes systémiques tels que les flux financiers illicites, la crise de la dette souveraine, les flux financiers privés, le commerce, l'investissement et la gouvernance mondiale dans le but de contribuer à l'éradication de la pauvreté et au financement du développement durable. Le rapport du panel de haut niveau sur les flux financiers illicites en provenance d'Afrique a conclu qu'ils se situent dans une «
gamme comprise entre 30 milliards et 60 milliards de dollars par année
» «
faisant ainsi de l'Afrique
» un créancier net du monde plutôt qu'un débiteur net, comme il est souvent supposé. Au sein de l'UE, la perte par évasion fiscale est estimée à 1000 milliards d'euros par an.