L'IFC lance le premier emprunt obligataire d'un émetteur international sur le marché des capitaux de Zambie

03 oct 2013

La Société financière internationale (IFC) a issu mardi un emprunt obligataire de 150 millions de kwacha (20,7 millions d’euros) pour soutenir les marchés de capitaux nationaux et accroître l'accès au financement en monnaie locale en Zambie.

La Société financière internationale (IFC) a issu mardi un emprunt obligataire de 150 millions de kwacha (20,7 millions d’euros) pour soutenir les marchés de capitaux nationaux et accroître l'accès au financement en monnaie locale en Zambie. Cet emprunt est le premier de l'IFC libellé en kwacha, et le premier placement par un émetteur non-résident sur ??le marché des capitaux nationaux de la Zambie. «
Des marchés de capitaux nationaux dynamiques créent un accès au financement à long terme et en monnaie locale pour le secteur privé, qui est le principal moteur de la création d'emplois dans les marchés émergents
», a déclaré Jingdong Hua, vice-président et trésorier de l'IFC. «
Cet emprunt obligataire appuie nos efforts visant à approfondir les marchés financiers intérieurs en Afrique, afin qu'ils puissent soutenir un secteur privé en plein essor dans la région.
» L'emprunt de quatre ans a été conçu pour attirer un large éventail d'investisseurs nationaux et internationaux cherchant à diversifier leurs portefeuilles. Le carnet de commandes s'élève à plus de 700 millions de kwachas, soit une sursouscription équivalente à 4,8 fois le montant initial. Au cours des dix dernières années, la Zambie a connu une croissance économique robuste, mais l'économie repose encore principalement sur ??l'exploitation minière, et le taux de pauvreté reste au-dessus de 65 pour cent, selon l'IFC. Grâce à l'emprunt, l'institution vise à soutenir la diversification de l'économie au-delà de l'exploitation minière. M. Hua a déclaré, lors d'une visite dans le pays en décembre 2011, que la nation détient de formidables opportunités d'investissement sur l'ensemble de la chaîne de valeur de l'agro-industrie, des infrastructures d'énergie hydroélectrique, du tourisme, des mines, des soins de santé, et du financement des PME.