Liberia : la rentabilité reste un « défi majeur » pour le secteur bancaire, estime la CBL

27 jan 2016

Les banques ont des coûts de fonctionnement relativement élevés, selon la banque centrale.

La rentabilité reste un " défi majeur " pour le secteur bancaire, selon le dernier bulletin économique et financier de la Banque centrale du Libéria (CBL), repris par l'agence de presse LINA. Elle souligne la mauvaise qualité des actifs, la faiblesse de l'administration ainsi que les coûts de fonctionnement relativement élevés des banques. " En dépit de ces problèmes, le système bancaire continue d'être bien capitalisé et liquide, reflétant la confiance du public dans le système," note le bulletin. Entre le deuxième et le troisième trimestre de l'année 2015, sept des neuf banques du pays ont connu une croissance de leurs actifs, alors que deux banques ont enregistré une diminution de ceux-ci. Au cours de la même période, les dépôts, les prêts et les capitaux bruts du secteur bancaire ont augmenté de 3,2 pour cent, 11,6 pour cent et 5,6 pour cent, respectivement. Les banques se remettent petit à petit de la crise Ebola. L'an dernier, la CBL a offert un programme d'aide annulant les frais de défaut et prolongeant les périodes de remboursement des prêts. Elle a également remboursé l'encours des prêts contractés par les écoles qui ont dû fermer. Les délais de remboursement pour tous les prêteurs qui ont reçu des fonds liés à des initiatives de relance de la banque centrale ont été prolongés de deux ans, et les taux d'intérêt ont été réduits de trois à deux pour cent. Le gouverneur Joseph Mills Jones a expliqué que l'impact de la maladie a entraîné une baisse de 2,7 pour cent des actifs totaux des banques libériennes entre juin et octobre 2014, et que les dépôts ont diminué de 2,8 pour cent. Sur la même période, les prêts et avances ont chuté de 7,2 pour cent et le capital des banques commerciales a diminué de 4,2 pour cent.