Les flux financiers illicites ont coûté 862,6 milliards $ à l'Afrique, selon un rapport

29 nov 2016

L'Afrique du Sud est le plus grand perdant, avec plus de 209 milliards de dollars.

Les fausses factures commerciales et détournements de fonds ont coûté à l'Afrique plus de 862,6 milliards de dollars (€ 813,7 milliards) entre 2004 et 2013, selon une analyse réalisée par ghanabusinessnews.com à partir des données publiées par Global Finance Integrity (GFI), un organisme de recherche à but non lucratif basé à Washington DC centré sur les flux financiers illicites. Selon le journal, ces manipulations sont réalisées avec la connivence active de la classe politique du continent. L'Afrique du Sud est le plus grand perdant, avec plus de 209 milliards de dollars, suivi par le Nigéria, qui a perdu plus de 178 milliards de dollars au cours de la période. L'économiste du GFI Joseph Spanjers a déclaré au journal que " ce chiffre stupéfiant représente d'innombrables occasions perdues de mobilisation des ressources intérieures en Afrique. Les flux financiers illégaux drainent non seulement les revenus publics potentiels, mais aussi les investissements privés nationaux ". Il a ajouté : " Les pays peuvent travailler ensemble pour endiguer ces flux en mettant en œuvre l'échange automatique de renseignements fiscaux, en promulguant des informations sur le bénéficiaire et en renforçant la coopération entre les douanes pour lutter contre la contrebande et le commerce illicite ". Historiquement, on estime que l'Afrique a perdu plus de 1700 milliards de dollars en flux financiers illicites au cours des cinq dernières décennies.