Le Sénégal mise sur la finance islamique pour améliorer l'accès au crédit en zones rurales

11 mar 2013

Le premier ministre sénégalais Abdoul Mbaye a déclaré que le gouvernement allait favoriser le développement national de la finance islamique afin d'améliorer l'accès au crédit et stimuler le développement économique et social du pays.

Le premier ministre sénégalais Abdoul Mbaye a déclaré que le gouvernement allait favoriser le développement national de la finance islamique afin d'améliorer l'accès au crédit et stimuler le développement économique et social du pays.

Il a fait cette déclaration à l'ouverture du troisième forum international de la finance islamique, qui a lieu cette semaine à Dakar.

Le gouvernement souhaite atténuer l'insuffisance d'offre de financement destinée aux producteurs ruraux, aux secteurs sociaux de base et aux investissement des petites et moyennes entreprises (PME).

En état de balbutiement, la finance islamique n’est pas encore bien intégrée dans la législation financière du Sénégal. Une situation qui devrait changer, si l'en en croit le Premier Ministre:

"Notre pays a pris l'option de favoriser l'émergence d'une industrie financière islamique dans un environnement légal et réglementaire approprié", a-t-il déclaré, cité par le journal Le Soleil.

Abdoul Mbaye a ajouté que la finance islamique s'intégrera dans le cadre d'un "ambitieux" programme économique et social qui laisse entrevoir des possibilités d'investissement, notamment dans l'agro-industrie, l'équipement rural et les activités génératrices de revenus au profit des jeunes et des femmes.

Le Sénégal envisage par ailleurs de lancer un emprunt obligataire islamique (Sukuk) d'un montant de 163 millions d'euros.ADNFCR-2976-ID-801553084-ADNFCR