Le processus d'intégration des marchés financiers ouest africains entre dans une nouvelle phase avec le WAMI

15 jan 2013

Un pas de plus vient d'être franchi en direction de l'intégration des marchés financiers ouest africains avec la mise en place du West African Capital Market Integration Council (WAMI).

Un pas de plus vient d'être franchi en direction de l'intégration des marchés financiers ouest africains avec la mise en place du West African Capital Market Integration Council (WAMI). Créé par la BRVM, le Ghana Stock Exchange, le Nigérian Stock Exchange et par le Sierra Leone Stock Exchange, cet organisme va coordonner les actions de convergence des marches de la région, rapporte l'agence de presse Ecofin. Une réunion de lancement a été organisée à Accra cette semaine, où les intervenants ont indiqué que les marchés financiers robustes peuvent soutenir efficacement le financement de la croissance économique, à condition que les pouvoirs publics et autorités de régulation donnent priorité à ce projet. Cette intégration est rendue nécessaire par le tarissement des sources de capitaux extérieurs, par le fait que l'épargne sur les marchés internes reste limitée mais aussi à cause de la petite taille des marchés boursiers nationaux. "Les gouvernements au sein de la sous-région n'utilisent pas suffisamment le marché pour lever des fonds pour le développement des infrastructures. Ils ne permettent pas non plus aux entreprises publiques de lever des fonds sur le marché pour leurs besoins ", a déclaré Kofi Yamoah, directeur général de la Bourse du Ghana,
au journal Next Afrique. C'est pourquoi il estime que ce marché intégré est nécessaire, car il permettra aux entreprises et aux gouvernements d'avoir un meilleur accès aux capitaux pour financer leurs projets. Cependant, des défis importants subsistent, dont les barrières linguistiques et les différences entre les systèmes juridiques des pays anglophones et francophones.