Le président de l'Ouganda veut augmenter le crédit à l'agriculture

10 juin 2015

Le gouvernement ougandais prévoit d’augmenter le capital de la Banque de développement de l'Ouganda de 500 milliards de shillings (environ 140 millions d’euros).

Le gouvernement ougandais prévoit d'augmenter le capital de la Banque de développement de l'Ouganda de 500 milliards de shillings (environ 140 millions d'euros), afin d'abaisser les taux d'intérêt dans des secteurs stratégiquement importants, comme l'industrie et l'agriculture. En effet, du fait d'une inflation élevée et d'une forte dépréciation du shilling ougandais depuis le début de 2015, les taux d'intérêt de marché sont actuellement élevés, et les taux bancaires débiteurs atteignent près de 21 pour cent par an. Ces coûts d'emprunt élevés ont été identifiés par le Président Museveni comme étant un obstacle majeur à la transformation de l'agriculture. Il a donc déclaré qu'il fera de l'abaissement du coût du financement dans ce secteur une priorité pour les prochaines années. La recapitalisation de la Banque de Développement de l'Ouganda est une initiative bien accueillie par les experts du secteur. Certains analystes ont même suggéré la semaine dernière suite à cette annonce que la création d'une nouvelle banque dédiée au financement de l'agriculture devrait être envisagée. Selon le PDG du groupe Agricultural Business Initiative (aBi) André Dellevoet, interviewé la semaine dernière par The Observer (Kampala), l'Ouganda pourrait devenir une grande puissance agricole si les agriculteurs avaient un meilleur accès au financement. À cet effet, le groupe aBi va augmenter son budget de 60 milliards de shillings à 120 milliards de shillings au cours des cinq prochaines années. Depuis sa création dans le pays il y a cinq ans, le groupe a facilité l'octroi de 64 058 nouveaux prêts, d'une valeur de 123 milliards de shillings et l'ouverture de 182 219 comptes d'épargne.