Le marché immobilier africain ne parvient toujours pas à décoller

29 aoû 2011

Le marché immobilier est toujours en difficulté en Afrique. Une large majorité de la population africaine n'est pas capable d'acheter un logement à cause de revenus trop faibles pour obtenir un prêt immobilier des banques.

Le marché immobilier est toujours en difficulté en Afrique. Une large majorité de la population africaine n'est pas capable d'acheter un logement à cause de revenus trop faibles pour obtenir un prêt immobilier auprès des banques.

Le secteur a toutefois connu quelques bons résultats ces dernières années, notamment grâce à de nouvelles mesures incitatives de la part des gouvernements et un intérêt croissant des investisseurs.

En Algérie par exemple, de nouvelles mesures mises en place en 2010 ont participé à une hausse des crédits hypothécaires à taux bonifiés de la Caisse Nationale d'Epargne et de Prévoyance (CNEP-Banque).

Ils ont rebondi durant le premier semestre de l'année 2011, passant de 142 crédits d'une valeur globale de 2 millions d'euros durant le premier semestre 2010 à 6 588 crédits totalisant plus de 85,8 millions d'euros durant les six premiers mois de l'année 2011, selon des chiffres de la CNEP-Banque repris par l'agence de presse APS.

Mais les experts s'accordent à dire que, malgré quelques résultats encourageants, la crise du logement en Afrique devrait perdurer, notamment à cause des prix élevés des propriétés mais aussi du manque de logement et de sources de prêts immobiliers sur le long terme.

La demande pour un logement continue d'augmenter à mesure que l'Afrique s'urbanise, alors que le ratio 'Encours des prêts immobiliers - PIB' reste bas, à environ 10 pourcent, selon des chiffres issus du rapport intitulé "Financing Africa: Through the Crisis and Beyond», réalisé par MFW4A.

A titre de comparaison, ce ratio est de 70 pourcent aux Etats Unis et 50 pourcent en Europe.ADNFCR-2976-ID-800712701-ADNFCR