Le manque de fonds pour le financement du commerce freine la croissance de l'Afrique, selon Stanbic

26 juin 2015

Un responsable de la banque estime qu'une meilleure compréhension du risque est nécessaire.

Un manque d'accès au crédit abordable pour le financement du commerce freine la croissance économique et la création d'emploi des pays africains, selon un responsable de Stanbic Bank Tanzania.




L'un des directeurs de l'institution, Charles Kapufi, a déclaré à Tanzania Daily News qu'un grand nombre d'emplois pourraient être créés si les petites et moyennes entreprises (PME) en Afrique pouvaient effectuer des transactions transfrontalières.

« Il y a une opportunité pour les financiers commerciaux souhaitant combler ce vide, mais un certain nombre d'obstacles doivent être surmontés au préalable. La création de règles et de normes uniformes à travers les différentes facettes du commerce devrait permettre l'élimination de ces obstacles », a-t-il déclaré.

M. Kapufi estime qu'une meilleure compréhension du risque et de la manière dont le commerce va croître en prenant davantage de risques est nécessaire.

« Il doit y avoir plus de compréhension du risque, et pas seulement en terme de risque de contrepartie pays et de change, mais aussi de risque de conformité, qui augmente en Afrique (et dans d'autres marchés émergents). Il y a une tendance croissante parmi les acteurs du marché à dérisquer, par peur d'affronter des risques plus élevés », a-t-il expliqué.

Selon les estimations d'un récent rapport de la Banque africaine de développement sur le financement du commerce en Afrique, la valeur de la demande non satisfaite pour le financement du commerce par les banques se situe entre 110 et 120 milliards de dollars (entre 98,2 et 107,1 milliards d’euros).