Le Kenya fait appel au secteur privé pour financer les infrastructures

02 juil 2015

Le Kenya a décidé d'adopter les PPP en tant que mécanisme alternatif de développement des infrastructures.

Le Kenya s'intéresse de plus en plus aux partenariats public-privé (PPP) pour combler l'écart de financement des infrastructures qui est actuellement de deux milliards de dollars (1,8 milliard d’euros) par an, selon le secrétaire du cabinet du trésor national, Henry Rotich.

Il a expliqué lors d'un forum régional sur les PPP à Nairobi que le Kenya a décidé de les adopter en tant que mécanisme alternatif de développement des infrastructures afin de réduire la pauvreté, accélérer la croissance économique et créer des emplois, rapporte l'agence de presse Xinhua.

« Les besoins sont énormes et donc le budget seul ne peut pas y répondre. Des approches novatrices devront donc être adoptées », a déclaré Henry Rotich, ajoutant que les investissements par PPP réussis attirent des investissements privés substantiels et créent également des actifs de qualité supérieure.

Il a ajouté qu'en raison de l'appétit accru du secteur privé dans la participation aux PPP, un fonds renouvelable national polyvalent a été créé pour fournir un soutien
financier aux autorités dans la phase de préparation d'un projet.

Le directeur régional de la Banque africaine de développement, Gabriel Negatu, a déclaré à Xinhua que l'Afrique continue de connaître une demande croissante pour les infrastructures, mais que le continent est seulement capable de répondre à la moitié des besoins à partir des ressources publiques.

« C’est pourquoi de nombreux gouvernements africains ont reconnu le rôle crucial du secteur privé pour aider à combler le déficit d'infrastructures, » a-t-il déclaré. Le Kenya a approuvé jusqu'ici 71 projets de PPP.ADNFCR-2976-ID-801793149-ADNFCR