Le capital-investissement comble le manque d'infrastructures en Afrique

29 nov 2016

L'investissement en capitaux privés dans les infrastructures a augmenté au cours de la dernière décennie.

Le capital-investissement contribue à réduire l'écart en matière d'infrastructures en Afrique, selon l'enquête sur la performance de l'industrie des capitaux privés "2016 Private Equity Industry Performance Survey" de SAVCA. Elle a constaté qu'en 2015, environ 14,5 pourcent des 165,3 milliards de rands (€ 11,2 milliards) d'actifs sous gestion en Afrique australe provenaient de fonds dotés d'un mandat d'infrastructure spécifique. Cela représente une amélioration par rapport aux 7,6 pourcent attribués l'année précédente. L'investissement privé dans l'infrastructure a augmenté au cours de la dernière décennie, selon la directrice générale de SAVCA, Erika van der Merwe, interviewée par Africa Capital Digest : " l'investissement dans l'infrastructure africaine offre des opportunités liés à la croissance africaine tout en aidant à stimuler cette croissance ". Elle a ajouté : " contrairement aux performances dans d'autres régions du monde, les actifs d'infrastructure en Afrique continuent à offrir des rendements de "type private equity" et permettent en outre aux investisseurs privés d'investir à grande échelle sur un continent où les opportunités d'investissement sont limitées ". Les investissements de l'étranger en capitaux propres privés en Afrique subsaharienne ont été multipliés par cinq entre 2008 et 2015 pour atteindre 12 milliards de dollars, selon l'Overseas Development Institute.