La SADC souhaite renforcer l'inclusion financière régionale

29 juil 2015

Le manque d'accès aux institutions formelles augmente la vulnérabilité financière des habitants de la région.

La Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) s'est engagée à renforcer l'inclusion financière dans la région.

Lors d'une conférence la semaine dernière à Johannesburg, le ministre sud-africain des Finances Nhlanhla Nene a déclaré que le chiffre global de l'exclusion financière reste excessivement élevé dans les pays membres de la SADC.

« Beaucoup de nos gens ne disposent toujours pas des comptes d'épargne, ne reçoivent pas de crédit auprès des fournisseurs officiels de crédit, et n'ont aucun type d'assurance et font rarement ou reçoivent des paiements par le biais des institutions financières formelles, ce qui augmente leur vulnérabilité financière », a-t-il expliqué, cité par l'agence Xinhua.

Les exclus comptent sur l'économie monétaire et par conséquent sur les services financiers moins efficaces, inadéquats et à haut risque, a-t-il dit.

Il a toutefois reconnu que la SADC a « fait d'énormes progrès », avec 34 pour cent des habitants de la région possédant un compte bancaire en 2014, contre 24 pour cent en 2011.

« Un accès approprié aux services financiers peut donner aux individus, en particulier aux personnes à faible revenu, l'opportunité de mieux participer au développement de l'économie et à leur propre développement, tout en se protégeant contre les chocs économiques », a-t-il expliqué.