La CNUCED exhorte les gouvernements africains à trouver de nouveaux moyens de financer le développement

26 juil 2016

Elle met en exergue les envois de fonds et partenariats public-privé

Les gouvernements africains devraient ajouter de nouvelles sources de revenus pour financer leur développement, selon le nouveau rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Selon ce rapport de 2016 sur le Développement économique en Afrique, au moins 600 milliards de dollars (546 milliards €) seront nécessaires chaque année pour atteindre les objectifs de développement durable sur le continent. Cependant, bien que les ratios de dette extérieure apparaissent raisonnables en Afrique, les gouvernements africains devraient prendre des mesures pour empêcher que la croissance rapide de la dette ne se transforme en crise, estime la CNUCED. Entre 2006 et 2009, les pays africains ont en moyenne vu leur dette extérieure croître de 7,8 pourcent par an, un taux qui est passé à 10 pourcent par an en 2011-2013 pour atteindre 443 milliards de dollars, soit 22 pourcent du revenu national brut, en 2013. Mais le rapport recommande aux pays africains de se pencher sur d'autres sources de revenus que les marchés de capitaux, tels que les envois de fonds vers l'Afrique, qui ont été en croissance rapide, atteignant 63,8 milliards de dollars en 2014. Le document met également en exergue les partenariats public-privé en tant que moyen efficace de financer le développement, et appelle les gouvernements africains à lutter contre les flux financiers illicites, qui peuvent atteindre 50 milliards de dollars par année.