La BEAC et la BCEAO veulent renforcer leur intégration monétaire

06 déc 2012

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) et la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) ont affiché leur volonté de renforcer leur coopération bilatérale, afin notamment de renforcer les moyens de financement dans la région.

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) et la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) ont affiché leur volonté de renforcer leur coopération bilatérale, afin notamment de renforcer les moyens de financement dans la région. Les institutions souhaitent se diriger vers "une interconnexion plus prononcée des systèmes et moyens de paiement ainsi qu’un rapprochement des marchés de capitaux bancaires", ont-elles déclaré le 19 septembre 2012 à Ndjamena au Tchad, dans le cadre de leur réunion annuelle. Selon le journal Les Afriques, l’année 2013 a été désignée comme l'année de l’approfondissement de leurs relations, du partage d'expérience dans le domaine de la politique monétaire ainsi que du renforcement des capacités des administrations économiques. Les banques ont également évoqué le problème de l’interchangeabilité du f CFA en Afrique centrale et en Afrique de l’Ouest, qui constitue un blocage dans les échanges inter communautaires. Elles ont ainsi décidé de mettre sur pied une commission mixte chargée d'étudier les conditions d’une remise en circulation des billets dans les deux zones. L'intégration financière régionale offre de nombreux avantages pour les économies africaines. Elle peut notamment accroître la concurrence et l’innovation, réduire les inefficacités de prêt avec l’élargissement du nombre de projets susceptibles de bénéficier d’un concours financier et élargir les opportunités de diversification du risque. Elle peut également contribuer à améliorer les organes de régulation et de supervision tout en prémunissant les banques centrales contre les excès domestiques.