La BAD place l'intégration régionale au cœur de son rapport 2014 sur le développement en Afrique

19 déc 2014

L'intégration régionale est considérée comme un « pilier majeur » pour le développement de l'Afrique.

La Banque africaine de développement (BAD) a publié mardi 16 décembre son rapport annuel sur le développement en Afrique, dans lequel elle qualifie l'intégration
régionale
de «
pilier majeur
» pour le développement de l'Afrique.

Près de 25 pour cent des pays africains sont enclavés et nombre d'entre eux ont «
un marché intérieur étroit et fragmenté
», selon le rapport.


L'intégration régionale est donc essentielle à la réalisation des économies d'échelles nécessaires pour accéder aux marchés de capitaux et aux investissements directs étrangers.


Mais son développement est entravé par plusieurs obstacles, selon la BAD, qui cite les réticences de certains pays à transférer une partie de la souveraineté nationale à des organismes régionaux.

L'absence de sanction accompagnant la non-transcription dans les politiques nationales des décisions prises au niveau régional serait également un frein.

Pourtant, selon la BAD, une meilleure intégration permettrait aux différents pays d'unir leurs ressources pour réaliser de grands projets d'infrastructures en matière de transports, de TIC ou d'énergie.

De plus, elle facilite le commerce intra-régional, qui est considéré comme «
un moteur important de croissance à la base de l'émergence d'un secteur manufacturier et de la diversification économique
».

Et dans le domaine financier, le rapport note qu'il serait particulièrement profitable pour l'Afrique de développer les activités bancaires transfrontalières et les marchés de capitaux, afin de pallier à l'étroitesse et au manque de profondeur des marchés sur le continent.ADNFCR-2976-ID-801766797-ADNFCR