Kenya : Les créances douteuses des banques en hausse de 32 pour cent

30 mar 2015

La CBK a également signalé une croissance de 22,4 pour cent du volume des prêts.

Les créances douteuses détenues par les institutions financières du Kenya ont augmenté d'un tiers l'an dernier, selon de nouveaux chiffres. La Banque centrale du Kenya (CBK) a déclaré que le stock de créances douteuses a augmenté à 107,1 milliards de shillings (un milliard d'euros), alors qu'ils étaient de 80,6 milliards de shillings l'année précédente. Cela représente une augmentation de 32,9 pour cent, rapporte The Star. En conséquence, les rendements du secteur bancaire sur les actifs et les capitaux propres ont chuté en 2014. Les intérêts sur les dépôts et frais de personnel ont également exercé des pressions sur les dépenses de l'industrie, alors que les banques ont mobilisé des fonds bon marché auprès des déposants, et que la rétention des employés et la création de nouvelles branches a élargi la masse salariale. «
Le rendement annualisé des actifs est passé de 3,4 pour cent à 3,6 pour cent sur la même période. De même, le rendement des capitaux propres a diminué, passant de 28,8 pour cent à 26,6 pour cent sur la même période
», a déclaré la CBK. L'institution a également fait état d'une croissance de 22,4 pour cent du volume des prêts, boostée par les prêts personnels, le financement du commerce, la fabrication, le transport et la communication et l'immobilier. Les bénéfices avant impôts du secteur bancaire ont augmenté de 124,3 milliards de shillings en 2013 à 140,9 milliards en 2014, soit une augmentation de 13,4 pour cent, principalement en raison des intérêts sur les prêts, des frais et commissions et des placements dans des titres gouvernementaux.