Inclusion financière : La Zambie réduit l'écart entre hommes et femmes

04 fév 2016

En 2015, l'écart entre l'accès des hommes et celui des femmes aux services financiers était de 3,8 pour cent, contre 6,9 pour cent en 2009.

Une offre de services financiers adaptés aux personnes non bancarisées ou ayant un accès limité aux services bancaires contribuera à réduire l'écart entre les sexes en terme d'inclusion financière, a déclaré une représentante de la BoZ lors de la conférence Financial Sector Deepening Zambia (FSDZ) à Lusaka mardi 2 février.

« Les recherches sur l'accès des femmes aux services financiers en Zambie ont attribué l'écart entre les sexes à des facteurs tels que les normes culturelles, un faible niveau de connaissances sur les services financiers, l'absence de garanties, les obstacles juridiques ou encore la discrimination contre les femmes et les contraintes géographiques qui limitent l'accès aux services financiers », a déclaré Tukiya Mabula Kankasa, gouverneur adjoint, citée par le Times of Zambia.

Elle a ajouté que même si l'écart entre les sexes persiste, il se comble, essentiellement grâce aux efforts combinés de la BoZ et de la FSDZ, qui a été créée il y a deux ans pour aider les femmes à accéder aux services financiers.

« La BoZ collabore avec la FSDZ à travers plusieurs initiatives, notamment dans le domaine des services financiers numériques, du programme de surveillance du marché du crédit et de la recherche sur l'accès des femmes aux services financiers en Zambie », a-t-elle déclaré.

En 2015, l'écart entre l'accès des hommes et celui des femmes aux services financiers était de 3,8 pour cent, contre 6,9 pour cent en 2009.