Fusions et acquisitions : en recul sur la période janvier-mai 2015

18 juin 2015

Après une très bonne année 2014, le désintérêt des investisseurs internationaux se traduit par un montant faible d’opérations de fusions/acquisitions en Afrique.

Entre janvier et mai 2015, les investissements étrangers dans les fusions & acquisitions en Afrique ont été de 1,9 milliard de dollars US, en baisse de 46 pour cent comparé à 2014, selon un document publié par Dealogic. C'est le secteur des mines qui domine ce type d'opérations, représentant 16,5 pour cent de l'ensemble. Le secteur des télécommunications est le second plus important, représentant 16 pour cent des opérations, soutenu notamment par la finalisation de l'acquisition d'Etissalat par Maroc Telecom. En 2014, les secteurs de la finance et de la construction avaient été dans le trio de tête avec le secteur minier. Parallèlement, les acquisitions effectuées par des investisseurs africains ont atteint 7,7 milliards de dollars US, une performance faible au regard des volumes d'activité des trois dernières années. En revanche, les investissements des entreprises africaines ont progressé pour les fusions & acquisitions dans le monde et ont atteint 14,9 milliards de dollars US. Il semble que l'intérêt pour les actifs africains reste solide et soutenu par des perspectives de fortes croissances, le dynamisme de la classe moyenne ainsi qu'une diminution de l'incertitude, notamment en Afrique du Sud et au Nigéria.