Égypte: la nouvelle réglementation de la CBE réduira le risque bancaire, selon Moody's

22 jan 2016

Elle devrait également permettre de réduire la vulnérabilité des banques.

La nouvelle réglementation mise en place par la Banque centrale d'Égypte (CBE) aidera les banques égyptiennes à réduire leurs risques, selon un nouveau rapport de l'agence de notation Moody's. La semaine dernière, la banque centrale du pays a émis de nouvelles règles qui comprennent un critère de capacité de remboursement pour les nouveaux emprunteurs - avec un ratio remboursement/revenu maximum de 35 pour cent pour les prêts commerciaux - en plus de limites maximum abaissées sur les prêts aux entreprises. Elle a également réduit la part maximale qu'une seule entreprise emprunteuse peut prendre dans le capital d'une banque à 15 pour cent contre 20 pour cent précédemment, et les concentrations de groupe à 20 pour cent au lieu de 25 pour cent. En outre, le CBE a sommé les banques égyptiennes d'augmenter la part des prêts aux petites et moyennes entreprises (PME) à 20 pour cent de leur portefeuille de prêts au cours des quatre prochaines années. Moody's estime que ces nouvelles règles permettront d'atténuer le risque de crédit pour les banques commerciales en croissance et permettra de réduire la vulnérabilité de la qualité des actifs des banques en limitant les grands clients mono-entreprises. Le rapport indique qu'au cours des quatre dernières années, les prêts commerciaux en Égypte ont augmenté de 73 pour cent, malgré la faiblesse de la croissance totale des prêts. Ils représentent désormais 27 pour cent de tous les prêts au secteur privé. "La nouvelle réglementation aidera à diversifier le portefeuille de prêts des banques et contribuera à développer les PME, qui représentent environ 5 à 10 pour cent du total des prêts", a déclaré Moody's. Elle permettra également " d'éviter la surchauffe dans le secteur de l'emprunt commercial et de protéger la qualité des actifs des banques ", a-t-elle ajouté.