Djibouti mise sur la finance islamique

10 nov 2014

Lors du troisième sommet annuel de la finance islamique en Afrique, Ismail Omar Guelleh, président de la République de Djibouti, a expliqué pourquoi ce type de financement représentait un avenir pour le continent.

Lors du troisième sommet annuel de la
finance islamique
en Afrique, Ismail Omar Guelleh, président de la
République de Djibouti, a expliqué pourquoi ce type de financement représentait un avenir pour le continent.

Il a pris pour exemple son propre pays. La banque centrale de Djibouti inclut la finance islamique parmi ses principaux systèmes de financement.

«
La finance islamique dispose d’un gros potentiel pour combler le déficit de financement africain tout en améliorant l’inclusion financière dans la région
», a rappelé M. Guelleh.

«
Selon certains rapports, la finance islamique devrait connaitre une croissance importante grâce à la population musulmane, jusque-là ignorée par le système bancaire, et de plus en plus consciente des offres de produits conformes à la Sharia
», a-t-il ajouté lors de son discours d’ouverture.

M. Guelleh a expliqué que la finance islamique offrait aux institutions gouvernementales un mécanisme de financement alternatif pour combler les besoins d’investissement. Il espère que les liens étroits entre la finance islamique et l’économie réelle vont mettre l’Afrique sur la voie de la croissance industrielle.

Plus de 200 représentants du secteur étaient rassemblés à Djibouti les 4 et 5 novembre pour les deux jours du sommet, intitulé cette année «
Finance islamique
: capturons les opportunités pour l’Afrique
».ADNFCR-2976-ID-801758963-ADNFCR