Afrique de l'Ouest : L'emprunt obligataire de la BIDC sursouscrit

15 avr 2014

L'emprunt obligataire 2014-2021 de la Banque d'investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC) a rencontré un large succès, avec un taux de souscription de 145,12 pour cent, selon la Société de gestion et d'intermédiation CGF Bourse.

L'emprunt obligataire 2014-2021 de la Banque d'investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC) a rencontré un large succès, avec un taux de souscription de 145,12 pour cent, selon la Société de gestion et d'intermédiation CGF Bourse. Cet emprunt obligataire par appel public à l'épargne avait été lancé le 18 février 2014 pour une durée d'un mois, mais il a été clôturé par anticipation le 14 mars 2014 alors que les montants collectés s'élevaient à 58 milliards de francs
CFA, alors que 40 milliards francs
CFA (61 millions d’euros) étaient initialement recherchés, rapporte l'agence de presse APA. L'emprunt de la BIDC est assorti d’un taux d'intérêt de 6,5 pour cent net par an, pour une durée de sept ans, dont un an de différé pour le remboursement du capital. Les fonds collectés sont destinés au financement des opérations générales de huit projets destinés à contribuer à l’essor économique du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo. Ils portent notamment sur le secteur des mines, de l’hôtellerie, des banques, de l’industrie pharmaceutique, de l’agroalimentaire et des télécommunications.