Seulement 40 % des activités commerciales en Afrique sont financées par l’intermédiaire des banques (Rapport)

22 sep 2020 | Agence Ecofin

Selon le dernier rapport sur le financement des échanges commerciaux publié conjointement par la Banque africaine de développement et la Banque africaine d’export‑import (Afreximbank), il est nécessaire de financer de toute urgence les activités commerciales en Afrique pour assurer leur relance à la suite de la pandémie Covid‑19.

Selon le rapport, seulement 40 % des activités commerciales en Afrique sont financées par l’intermédiaire des banques, une part bien inférieure à la moyenne mondiale de 80 %. En outre, le déficit de financement des activités commerciales, qui se situait à 81 milliards de dollars américains en 2019, reste trop élevé.

Le rapport constate qu’il s’agit là d’une partie des problèmes structurels qui entravent la capacité des banques à jouer efficacement leur rôle d’intermédiaire dans le financement des activités commerciales que l’Afrique entretient avec le reste du monde. Il souligne également le rôle indispensable joué par les institutions de financement du développement dans le soutien du secteur.

L’enquête conclut aussi que les blocages involontaires liés à la réglementation sont l’une des principales contraintes favorisant ces tendances.

Le rapport, intitulé « Le financement des activités commerciales en Afrique : tendances au cours de la dernière décennie et perspectives pour l’avenir », s’appuie sur deux enquêtes antérieures publiées en 2014 et 2017. Il est basé sur une enquête menée auprès de plus de 600 banques à vocation commerciale dans 49 pays d’Afrique sur la période 2011-2019.

Le rapport, qui était considéré comme une référence en matière de financement des activités commerciales en Afrique avant la pandémie de Covid‑19, recommande la mise en place d’un ensemble de mesures pour le secteur industriel à la suite de crise. « Avec l’actuelle pandémie de Covid‑19, une aide financière pour relancer les activités commerciales de la région est nécessaire de toute urgence. ».

« Le point positif est que les institutions de financement du développement (IFD), dont la Banque africaine de développement, jouent un rôle plus actif dans le soutien du secteur du financement des activités commerciales en Afrique », affirme le rapport.Lire davantage sur Agence Ecofin

Source: Agence Ecofin