Les quatre plus grosses banques d'Afrique du sud sont demeurées rentables malgré un contexte d'incertitudes

26 oct 2017 | Agence Ecofin

Standard Bank, First Rand, Barclays Africa et Nedbank, les quatre plus grosses banques cotées d'Afrique du sud, ont réalisé un bénéfice net consolidé global de 40,16 milliards de Rands (2,8 milliards $) au cours du premier semestre 2017, a pu constater l'Agence Ecofin, de la lecture croisée des résultats publiés de la période.

Ce niveau de marge nette représente une hausse de 8% en comparaison à celui de la même période en 2016, et une amélioration de 5,8% en comparaison à celui du deuxième semestre s'achevant fin décembre 2016. Dans un environnement marqué par le repli de la consommation et les incertitudes sur des questions de régulation, cette performance est inespérée. Plus intéressant, le bénéfice net global qui revient à ces groupes (soustrait des parts minoritaires), a été de 36,9 milliards de Rands au cours du premier semestre 2017, et est en hausse de près de 7,9% par rapport à celui du semestre précédent. Ce succès, les "Big Four" le doivent surtout à la bonne tenue des revenus d'agios et de commisssions, qui ont progréssé de 3% entre décembre 2016 et fin juin 2017, pour atteindre 68,1 milliards de Rands. Mais on peut aussi relever une hausse constante des revenus d'intérêts. Malgré ces chiffres positifs, les quatres plus grands groupes bancaires d'Afrique du sud, et même d'Afrique par le volume combiné de leurs actifs (345 milliards $), doivent faire face à un certain nombre de défis. Leur coefficient d'exploitation (qui mesure l'efficience dans la gestion d'une banque), a continué de se dégrader à 55,6%, marquant la difficulté de ces groupes financiers à parfaitement maîtriser leurs dépenses, ou alors à générer plus de revenus. Aussi, même si cela reste sous contrôle, ces banques sont inquiétées par une hausse des créances douteuses. Source: Agence Ecofin