Kenya : consolidations et acquisitions en perspective dans le secteur de l'assurance

07 oct 2020 | Agence Ecofin

20 compagnies d’assurance sur les 56 que compte le Kenya doivent s’acquitter de l’exigence d’augmentation de capital. Une mission difficile dans le contexte économique actuel qui risque de pousser à des consolidations ou des acquisitions dans le secteur.

Le secteur kényan des assurances risque de connaître une vague d'annonces de consolidation ou d'acquisition d'ici la fin de l'année 2020.

Selon l'autorité en charge de la régulation de cette activité, 20 compagnies d'assurance sur les 56 que compte le Kenya ne sont toujours pas parvenues à procéder aux augmentations de capital qui avaient été décidées. Elles ont jusqu'à décembre pour se conformer.

Une première annonce est venue de Jubilee Holdings, le groupe d'assurance le plus important du Kenya en termes de valeur boursière. Le groupe allemand Allianz avait fait une offre de 100 millions $ pour reprendre plusieurs de ses filiales africaines dans le segment de l'assurance non vie.

Il faut dire que Jubilee Holdings a connu un exercice 2019 difficile. Aussi, avec un rendement des fonds propres qui a baissé entre 2017 et 2019, et une situation économique difficile au Kenya, il aurait été difficile de convaincre les actionnaires d’apporter des ressources supplémentaires.

La nouvelle exigence de fonds propres est destinée à réduire les cas où les sociétés d'assurance ne sont pas en mesure de payer les sinistres déclarés par leurs clients. Elle prévoit par exemple une hausse du capital standard actuel de 300 millions de shillings kényans (2,7 millions de dollars) pour les assurances générales à 600 millions de shillings, ou 20% des primes nettes acquises de l'année précédente. Un engagement qui est jugé très élevé par les observateurs et certains analystes.

Les augmentations de capital devront atteindre 1 milliard de shillings selon les segments concernés. Alors que le régulateur se montre inflexible face à ses nouvelles exigences, l'environnement des affaires devient de plus en plus difficile pour les sociétés d'assurance au Kenya.

Fin 2019, le montant global des primes brutes émises par les assureurs a atteint 228 milliards de shillings. Mais le taux de pénétration de ce service reste désespérément en dessous des 3%. Aussi, rapportée à l'inflation, la croissance réelle des primes brutes a été de seulement +0,8%, apprend-on des données fournies par le régulateur.

Source: Agence Ecofin