Analyse des difficultés rencontrées par les FinTech des marchés émergents pendant la pandémie de COVID-19 (MSC)

08 sep 2020 | Agence Ecofin

Exploitant les possibilités offertes par la technologie, les entreprises FinTech ont fait la preuve de leur capacité à provoquer des changements de rupture dans les services financiers en vue de servir le marché de masse, et plus particulièrement la clientèle à faible et moyen revenu. L’adoption croissante des smartphones, l’accès plus large à Internet et le développement de la confiance à l’égard de l’utilisation de la technologie leur ont permis de donner naissance à de nombreuses innovations prometteuses. Cependant, même les approches les plus innovantes peuvent ne pas réussir à s’imposer dans une économie paralysée par la pandémie de COVID-19. C’est la raison pour laquelle, alors que le secteur des services financiers se trouve confronté à une incertitude économique croissante, les FinTech sont en train de repenser leur stratégie pour résister à cette crise sans précédent.

Dans cet article, qui est le premier d’une série de deux articles, nous évoquons les difficultés et les opportunités engendrées par la pandémie pour les FinTech des marchés émergents, quelle que soit leur taille, ainsi que les stratégies de survie possibles. Dans le second article, nous examinerons sept approches issues de nos études initiales qui ont été utilisées par ces entreprises pour relever les défis engendrés par la crise.

Des difficultés sans commune mesure, mais aussi des opportunités

Avec plus de 5,7 millions de cas confirmés dans 213 pays et territoires et aucun signe visible de déclin dans de nombreuses régions, l’épidémie de COVID-19 a été un choc à la fois pour l’offre et pour la demande dans l’ensemble de l’économie mondiale. Les gouvernements du monde entier ont mis en place des mesures drastiques de confinement et de distanciation sociale qui, aussi nécessaires qu’elles soient, ont perturbé les chaînes d’approvisionnement et de logistique, entravé la capacité des clients à faire des achats et provoqué un ralentissement mondial de l’accès aux capitaux. L’Organisation internationale du travail estime que la pandémie entraînera une //www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/@dgreports/@dcomm/documents/briefingnote/wcms_745963.pdf">augmentation de 305 millions du nombre de chômeurs dans le monde au cours du 2etrimestre de 2020. Selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, elle réduira le produit économique mondial de 8 500 milliards de dollars sur les deux prochaines années et fera passer 34,3 millions de personnes sous le seuil de pauvreté extrême en 2020. Et il ne s’agit là que de premières estimations... Lire davantage sur Agence Ecofin

Source: Agence Ecofin