Afrique subsaharienne : la crise secoue les activités de banque d’investissement

20 oct 2020 | Agence Ecofin

Les revenus de banque d’investissement des 9 premiers mois de l’année 2020 en Afrique subsaharienne sont les plus faibles depuis plus de quinze ans. Une situation de crise qui est le fait du repli des activités dans tous les segments du secteur.

En Afrique subsaharienne, les activités de banque d'investissement ont connu le pire trimestre sur la période s'achevant à septembre 2020, depuis des années, peut-on relever d'une synthèse produite sur le sujet par Refinitiv, une filiale du média britannique Reuters.

Les revenus du secteur ont atteint 40,9 millions $. Cela représente la moitié des performances du deuxième trimestre 2020 et la pire depuis 2005.

Pour le compte des 9 premiers mois de l'année, des honoraires de 264,6 millions $ ont été gagnés par les banques d'investissement dans la région. Cette performance, la pire pour une période de 9 mois depuis les sept dernières années, est en baisse de 38% par rapport à la même période en 2019.

Les baisses d'honoraires ont été enregistrées pour les conseils en fusions/acquisitions, les émissions sur le marché financier et celui de la dette ainsi que les activités de prêts syndiqués.

Les indicateurs collectés indiquent que les investisseurs n'ont pas seulement évité de prêter à l'Afrique subsaharienne au cours de ces neuf derniers mois. Ils ont pris une pause sur tous les segments de l'investissement.

Les transactions annoncées de fusions/acquisitions par exemple s'élèvent à 16,4 milliards $. C'est 79% moins que celles de la même période en 2019, et le plus bas depuis 2004.

Les levées de fonds sur le marché de la dette ont quant à eux été de 14,7 milliards $ sur les 9 premiers mois de l'année. C'est 25% moins qu'en 2019, soit la pire performance des cinq dernières années.

L’Afrique subsaharienne a ainsi été à la traîne par rapport au reste du monde. Les activités d'investissement ont rapporté aux banques qui y sont engagées un montant global de 91,24 milliards $ sur les 9 premiers mois de l'année. Cela place la contribution de l'Afrique subsaharienne aux revenus de banque d'investissement à seulement 0,04%.

Source: Agence Ecofin