La Finance à Long Terme

construction site with tower cranes in the background

En Afrique, le financement a tendance à être de court terme en nature, d’où l’asymétrie des échéances avec les besoins en financement des sociétés voulant investir dans les capacités productives, ou avec les besoins en financement des ménages voulant investir dans l’immobilier, en sollicitant des prêts hypothécaires.

Au même moment, l’Afrique est confrontée à d’énormes besoins croissants en matière d’infrastructure, besoins qui ne peuvent pas être satisfaits par les seuls financements publics. L’alimentation peu fiable en électricité et le mauvais état des routes continuent à limiter la production et à saper le développement économique. Selon les estimations, les besoins de l’Afrique en investissements ciblant l’infrastructure (électricité, eau et assainissement, transport, TIC) s’élèvent à 80 milliards d’USD par an au cours des 10 prochaines années. La moitié de ce montant est nécessaire pour les investissements d’équipement, et l’autre moitié pour l’entretien et les charges d’exploitation. Le financement à long terme sera indispensable pour couvrir ces besoins.

Sauf en Namibie et en Afrique du Sud, le crédit immobilier n’est disponible qu’à une échelle limitée dans la plupart des pays africains. Au Mali, au Rwanda et au Sénégal, le crédit immobilier disponible représente 2 % du PIB, contre 1 % au Ghana, en Ouganda et en Tanzanie, chiffres nettement inférieurs à ceux des autres économies en développement telles que le Chili, la Malaisie et la Thaïlande, où le crédit mobilier représente entre 15 % et 21 % du PIB.

L’amélioration de l’offre de financements à long terme dans l’économie nécessitera le renforcement des capacités du secteur bancaire pour transformer une base de financement essentiellement à court terme en une base de financement à plus long terme pour le secteur privé. Elle nécessitera également la création de marchés des capitaux capables d’acheminer des montants plus substantiels d’épargne à long terme des caisses de retraite et des sociétés d’assurance vers les investissements à long terme.

Des cadres juridiques et institutionnels doivent en outre être mis en place et servir de fondement pour les fonds privés permettant des investissements dans l’immobilier ou l’infrastructure. Les partenaires public-privé (PPP) offrent une alternative pour les investissements à long terme. Toutefois, bien que plusieurs pays, à travers le monde, aient mis en place des programmes PPP bien établis, l’utilisation de ces programmes est moins répandue en Afrique.