Comptabilité et Audit

two women discussing a contract

Les normes de comptabilité et d’audit sont au centre de l’infrastructure d’information financière nécessaire pour le développement du secteur financier. Elles constituent la base de la diffusion fiable et transparente de l’information auprès des acteurs pertinents, facilitant ainsi la prise de décisions avisées dans le domaine financier, l’allocation efficiente des ressources, et le fonctionnement efficace des marchés.

L’application de normes et codes de comptabilité communs permet de promouvoir des systèmes financiers solides, par l’amélioration de la transparence et de la comparabilité des rapports financiers, renforçant ainsi la capacité des investisseurs à évaluer les investissements potentiels. Deux cadres de comptabilité sont couramment utilisés pour la comptabilité et l’établissement de rapports financiers, à savoir les Principes comptables généralement reconnus (PCGR) et les Normes internationales d’établissement de rapports financiers (IFRS). 

Les normes de comptabilité varient à travers l’Afrique. Certains pays, principalement les pays des régions de la SADC et du COMESA, exigent l’utilisation des IFRS pour les états financiers, tant consolidés qu’autonomes. Les IFRS sont également utilisées pour les états financiers en Afrique du Sud où les sociétés sont tenues d’utiliser, pour leurs comptes statutaires, le système local PCGR, qui est pratiquement identique aux IFRS. Dans d’autres pays tels que le Maroc, le système local PCGR coexiste avec les IFRS. Bien que les IFRS soient exigées pour les sociétés cotées en bourse, tous les comptes statutaires doivent être préparés sur la base du système local marocain PCGR.

Dans bon nombre de pays africains francophones, les états financiers sont préparés conformément au plan comptable de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA), tandis que le Système comptable ouest-africain (SYSCOA) est en vigueur dans certains États francophones de la zone CFA d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale. Dans d’autres pays tels que le Gabon et le Sénégal, ce sont les normes comptables locales qui doivent être appliquées.

Plusieurs pays ont proposé un calendrier pour l’introduction des IFRS, certains pays se proposant de les adopter dès 2010 (cas du Mozambique) et 2012 (cas du Maroc).

La grave pénurie de comptables et de vérificateurs des comptes qualifiés dans plusieurs pays africains a conduit à des faiblesses dans les régimes d’audit et de comptabilité, et à la non-comparabilité des comptes des sociétés. En dépit de la reconnaissance croissante de l’importance des normes d’établissement de rapports financiers, beaucoup de pays africains ne disposent pas d’un organisme crédible pour la comptabilité locale, avec la capacité de faire appliquer efficacement les règlements. Plusieurs organisations régionales de comptabilité jouent un rôle croissant dans les efforts visant à harmoniser les normes en Afrique, facilitant ainsi les transactions et les investissements transfrontaliers.