imprimer
Email

En Afrique francophone, l’assurance-vie a un formidable potentiel

30.12.2016

Ce potentiel de l’assurance-vie s’appuie essentiellement sur la CIMA

Pathé Dione est l'un des pionniers de l'assurance en Afrique subsaharienne. Le magazine Jeune Afrique reproduit une de ses tribunes publiées par Secteur Privé & Développement, le blog de Proparco, une filiale de l'Agence française de développement.

Dans cette tribune, Pathé Dione souligne que l'Afrique subsaharienne francophone, assimilée aux pays des zones CIMA (Conférence interafricaine des Marchés d'Assurance) possède un potentiel de développement formidable de son secteur de l'assurance-vie. La principale raison est en l'occurrence la présence de la CIMA, cet organisme supranational qui organise depuis 1995 les marchés d'assurances dans la région. Ratifié par 13 pays d'Afrique francophone et la Guinée Bissau, le traité de la CIMA a permis la transformation progressive des marchés d'assurances nationaux en un grand marché panafricain ave des règles et une autorité communes.

Pour favoriser le développement de l'assurance, les acteurs du secteur ont néanmoins plusieurs défis à relever pour l'organisation de la profession et devront obtenir le soutien des pouvoirs publics locaux pour mettre en place des régimes d'assurances obligatoires ou des incitations fiscales.